accueil quisuisje poesies imuvrini reflexions arche spiritualite tribune livredor
I Muvrini, mes Fratelli, que je retrouve toujours avec une joie ineffable ("Les petits mouflons" en Corse) ont une fois de plus cartonnés, le vendredi 7 octobre 2011 devant une salle archi-comble.

Jean-François et Alain ont créé le groupe depuis 1970, attirent et charment captivent assurément leur auditoire tant par leur extrême sensbilité, leur poésie, leur voix, que par leur musique unique, le rayonnement qu'ils dégagagent fait que le climat est agréablement chaleureux et que l'on se sent un peu comme chez soi en famille, sans oublier leur indubitable magnétisme.

Le concert n'est pas pas uniquement polyphonique puisqu'ils sont accompagnés de Stéphane Mangiantini ("la troiisième voix"), Thomas Simmeri (batterie, percussions), Laurence Dupuis (violoniste d'un talent absolument remarquable ), Mickey Meinert (guitares, mandoline), César Anot (basse), Achim Meier (piano, accordéon) et Loïc Taillebrest (cornemuse, clarinette, accordéon). Plus de deux heures trente de bonheur, trois rappels compris.

Une magnifique reprise aussi de ‘Amsterdam’ (chanté en français et en corse) qui n’a rien à envier à Jacques Brel. Magique, unique, incroyable, inimaginable…à découvrir pour ceux qui ne connaissent pas encore.

Jean-François explique, en français, l’âme ou la raison d’une chanson, en particulier lorsqu’elle est interprétée en Corse. Avec un savant dosage d’humour et de pensées sérieuses. Il arrive à nous faire vivre, entrer dans sa chanson, à faire passer son message et à nous emporter dans ses rêves. La magie à chaque fois opère et c’est un public debout qui ovationne le groupe lorsqu’il nous gratifie pour terminer de son fabuleux "Qui Sin’ A l’Umanità".

Vous l'aurez compris, je suis une inconditionnelle des "petits mouflons" et si j'ai pu un peu retracer de l'ambiance de ce que j'ai eu le bonheur de vivre et partager avec des amis et de vous donner à votre tour, si vous ne les connaissez déjà, l'envie de les découvrir, (vous ne le regretterez pas), j'en suis heureuse.