accueil quisuisje poesies imuvrini reflexions arche spiritualite tribune livredor
HYMNE A LA VIE









Coincée entre les lèvres du nourrison,
De l'enfant,
De l'infirme,
Du malade,
Du vieillard,
Du moribond,

Accrochée aux hardes du vagabond
Sur les pas d'un amour perdu
Avec le fracas des guerres revenues,

Sur le sable où la baleine s'est échouée,
Dans les yeux de l'enfant mutilé,
Avec la peur, avec l'ennui,
Souvent elle pleure la vie.

Réfugiée dans les yeux de l'ourson,
Dans le regard du nourrisson,
Avec les premiers émois
Des mains blotties dans d'autres doigts,
Autour des feux de joie,
Quand la fraternité dicte sa loi,
Avec le carnaval retrouvé,
Les chagrins enfouis parfois elle rit la vie.

Nichée entre deux amants qui la tutoient,
Rivée à cent muscles qui créent l'exploient,
A l'aise dans la palette de Gauguin
Oubliant la crainte du lendemain,
Confondue avec la musique et la danse,
Partagée entre amour et connaissance,
Même au creux de la détresse, au coeur de la folie,
Elle vit la vie.