accueil quisuisje poesies imuvrini reflexions arche spiritualite tribune livredor
MATERNITE









Petit bout d'âme,
Tu n'as encore ni bras, ni jambes,
Mais tu es là en moi.
Ignoré de tous
Sauf de moi,
Nul ne te perçoit
Mais pourtant petit bout de coeur
Tu es, puisque de ton père et de ta mère Tu es conçu.

Tu n'as pas de vie
Mais tu veux exister
Et tu cherches un endroit douillet pour pouvoir y germer.
Tu m'as choisie, moi, ta mère,
Pour vivre toi-méme.

Ta vie chaude, douce et bonne en mon corps s'anime.
Ton ardent désir de vivre
De boire à la vie de mon corps séduit
Fait que tu as besoin d'un nid,
Que tu exiges de l'eau, du sang,
Et que tu allumes le feu dont nous brûlons,
Toi et moi.

Tu viens induire nos désirs convergents.
Esclaves,
Parents,
Nous allons t'aimer.

Serviteurs qui nous croyons Maîtres,
Nous voilà rivés pour longtemps.
Finie la liberté, nous devrons travailler,
Te servir, te nourrir.

Mais nous aimerons notre esclavage,
Et toi, tu seras exigeant,
Ingrat comme tout enfant.